Bellet, Roger et Régnier, Philippe – Écrire la Commune, témoignages, récits et romans (1871-1931) Agrandir l'image

Bellet, Roger et Régnier, Philippe – Écrire la Commune, témoignages, récits et romans (1871-1931)

Bellet, Roger et Régnier, Philippe – Écrire la Commune, témoignages, récits et romans (1871-1931), coll. « Idéographies ». 288 p. 38,16 euros

Plus de détails

Ce produit n'est plus en stock

38,16 €

En savoir plus

Hier refoulée par les uns comme le crime originel d’une République – la Troisième – construite sur ses cendres, ou annexée par les autres, qui la glorifiaient au profit de causes diverses, la Commune de Paris redevient aujourd’hui l’événement collectif brut, massif et fondamental qu’elle fut : un soulèvement et une répression d’une ampleur et d’une intensité sans précédents, les mois les plus longs du XIXe siècle. En cette fin de siècle-ci, où notre passé nous revient à neuf, la voie d’accès la plus authentique à la Commune pourrait bien être la littérature. Comment la littérature s’y prit-elle, dans son ensemble, et texte par texte, pour dire et penser pareil événement ? À la subversion de l’ordre social, répondit-elle par la subversion des formes et des genres ? Devant les décombres des systèmes de pensée dont les vaincus avaient espéré l’avenir de l’humanité, devant le triomphe entaché de sang des doctrines du passé, la littérature trouva-t-elle, dans ses ressources propres, des moyens d’absorber le choc et d’en proposer des interprétations ? La première difficulté est de retrouver les œuvres : elles sont exhaustivement inventoriées en bibliographie, et quelques-unes seront rééditées par la suite dans la même collection. Mais il faut aussi réapprendre à lire cette littérature non consacrée. C’est à quoi voudraient contribuer les études ici réunies sur ce qui a paru mériter le plus d’attention : choses vues et restituées par des femmes (Victorine Brocher, Malvina Blanchecotte), récits de militants (Maxime Vuillaume, Albiri Villeval, Philippe Cattelain), fictions et souvenirs d’hommes de lettres (Théophile Gautier, Alphonse Daudet, Edmond de Goncourt, Leconte de Lisle), romans populaires (Pierre Zaccone, Pierre Bion, Maurice Montégut), roman d’inspiration décadente (Élémir Bourges), romans écrits en préoccupation du peuple des villes ou des déracinés des campagnes (Lucien Descaves, Léon Cladel). La collection « Idéographies », conçue par l’équipe « Littérature et idéologies au XIXe siècle » (CNRS et Université Lyon II), a pour objectif et principe de publier en parallèle des textes inédits ou rares de tous genres, et des travaux d’histoire des idées qui éclairent ces textes et s’y réfèrent – les uns et les autres donnant à découvrir des pans méconnus du XIXe siècle.